jeudi 1 février 2018

Vous allez voir MARIE HEURTIN

23ème séance avec débat







MARIE HEURTIN
Film  français (biopic, drame) réalisé par Jean-Pierre Améris avec Isabelle Carré, Ariana Rivoire, Brigitte Catillon (2014 - vf st - 1h38)





DIMANCHE 4  FEVRIER 2018  (CINE DEBAT)
16 H 30
en partenariat avec la Paroisse de Vierzon






Une jeune religieuse et une jeune sourde et aveugle
 Education et handicap


Le message que la Paroisse de Vierzon nous a fait parvenir à l'occasion de la projection-débat du film:



Synode et Ciné-débat

L’équipe envoyée en mission par Mgr Maillard dans le cadre du synode sur les jeunes et le discernement vocationnel a souhaité poursuivre les échanges qui ont débuté avec le week-end des 14 et 15 octobre 2017 à Issoudun par un ciné-débat au Ciné-Lumière de Vierzon avec le film Marie Heurtin. L’équipe, en cherchant de nouveaux moyens de faire interagir les membres du diocèse (laïques, consacrés, jeunes, moins jeunes…), propose ainsi un cadre de rencontre peut-être moins habituel.

Nous avons réfléchi à plusieurs propositions de film tous plus beaux les uns que les autres (Les Pépites, Au bord du monde…). Dans le même temps, nous ne voulions pas nous contenter d’un discours général sur la morale chrétienne mais rester attachés à la démarche synodale, c’est-à-dire ce lien avec le discernement vocationnel.
Marie Heurtin permet semble-t-il de proposer un questionnement sur cet aspect spécifique, la vocation, tout en restant attaché à une définition large de celle-ci. Il est vrai que, trop souvent, nous entendons par « vocation », les vocations religieuses et sacerdotales en excluant par exemple le mariage ou la recherche plus globale du sens donné à sa vie.
Il est vrai qu’avec Marie Heurtin, le couvent, les religieuses, de prime abord, tous les ingrédients sont réunis pour entendre par vocation la vocation uniquement religieuse. En réalité, si ce film nous place dans cette ambiance, il évoque des questions plus profondes qui rejoignent de manière particulière les consacrés, mais plus largement tout chrétien qui veut répondre à sa vocation. Si la vocation religieuse est celle qui est mise en avant de manière spécifique dans ce film, une réflexion large est possible sur le discernement vocationnel. Il ne faudrait pas tomber dans l’un ou l’autre extrême : d’une part celui d’occulter la question des vocations religieuses, d’autre part de ne voir dans ce film qu’un appel à la vie consacrée. 
Le film lui-même fait ce lien. La vocation des religieuses ici est unique et particulière : celle de s’occuper de jeunes filles sourdes. Mais même dans ce cadre, l’appel de sœur Marguerite à s’occuper de Marie, née sourde et aveugle, apparaît comme une belle ouverture dans le cadre d’une vocation que nous pourrions considérer comme réglée. C’est en réalité une ouverture personnelle qui dépasse la vocation purement religieuse car chacun est confronté dans sa vie professionnelle, familiale ou associative à ces appels. Des petits pas pour un don plus grand. 
Ici, la vocation au sens large rejaillit avec toute sa force, mais également avec sa part de crainte. C’est vrai qu’il faut un certain courage pour oser parler de la vocation, des vocations et se confronter, en réalité, à soi-même. Car rechercher sa vocation, c’est rechercher le projet d’amour de Dieu unique en nous. La vocation, ma vocation « c’est ce que je veux, quand je veux évangéliquement ». Alors oui, il faut une bonne dose de courage pour se lancer dans l’aventure !
Nous pouvons alors passer le cap de la vocation particulière de ces religieuses présentée dans ce film. Les problématiques abordées sont en effet multiples. Le lien entre sœur Marguerite et la mère supérieure est étonnant : l’une bouscule les habitudes et insiste pour se voir confier une nouvelle mission, tandis que l’autre accueille l’initiative tout en gardant la sagesse de l’expérience et conduira la jeune sœur dans l’acte ultime à poser pour “accomplir” sa mission. 
Chaque jeune peut se retrouver dans sœur Marguerite qui bouscule les habitudes et reste à l’écoute des surprises vocationnelles. Chacun peut admirer la place sage et forte de la mère supérieure. Et c’est également le personnage de Marie, sourde et aveugle, qui nous interpelle, car nous aussi, aveugles nés, et sourds aux appels de Dieu, acceptons-nous, quel que soit notre état de vie, de nous laisser guider dans la confiance ? La place des sens, du toucher et de la vue s’avère riche de sens. À travers ces personnages différents, nous découvrons que les relations intergénérationnelles, la confiance réciproque ou l’audace de l’innovation concernent chacun d’entre nous. 
Des membres de l’équipe du synode en partenariat avec les animateurs aguerris des ciné-débats à Vierzon conduiront les échanges et les recueilleront afin de rester dans cette dynamique voulue par le pape François.
D’autres évènements sont à retenir comme le week-end régional « Choix de Vie » pour les 16-35 ans les 17 et 18 mars 2018 ou à plus long terme la messe de rentrée des jeunes du Berry le 17 octobre 2018. Le site internet du synode de Bourges regorge d’informations :


Berry républicain 3 janvier 2018








Rappel (je reproduis ici la page du 8 novembre 2014)
https://cinegraphe.blogspot.fr/2014/11/marie-heurtin-en-scolaire.html


Une séance scolaire le jeudi 13 novembre 2014 avec John
                à 14h20

Marie Heurtin 



Date de sortie
12 novembre 2014 (1h38min) 
Réalisé par
Jean-Pierre Améris
Avec
Isabelle CarréAriana RivoireBrigitte Catillon 
Genre
Biopic , Drame
Nationalité
Français

LYCEE  NOTRE-DAME - SAINT-JOSEPH



Synopsis et détails
Cette histoire est inspirée de faits réels qui se sont déroulés en France à la fin du 19ème siècle.
Née sourde et aveugle, Marie Heurtin, âgée de 14 ans, est incapable de communiquer avec le reste du monde.
Son père, modeste artisan, ne peut se résoudre à la faire interner dans un asile comme le lui conseille un médecin qui la juge « débile ».
En désespoir de cause, il se rend à l’institut de Larnay, près de Poitiers, où des religieuses prennent en charge des jeunes filles sourdes.
Malgré le scepticisme de la Mère supérieure, une jeune religieuse, Sœur Marguerite, se fait fort de s’occuper du « petit animal sauvage » qu’est Marie et de tout faire pour la sortir de sa nuit...


Festival
Secret de tournage sur Marie Heurtin
Marie Heurtin est présenté au Festival International du Film de Locarno en 2014 dans la section Piazza Grande.

Inspiré d'une histoire vraie

Cette histoire est inspirée de faits réels qui se sont déroulés en France à la fin du 19ème siècle.
Marie Heurtin, née en 1885 et décédée en 1921, fut un cas à part pour l'Ecole française des sourdes-muettes-aveugles de Larnay. C'est avec cette jeune fille que Sœur Marguerite a mis au point une méthode novatrice : celle de mettre en rapport un objet et le signe auquel il correspond, le tout de façon tactile.


Sur neuf longs-métrages cinématographiques réalisés, Jean-Pierre Améris offre un rôle à Isabelle Carré pour la troisième fois avec Marie Heurtin. La première étant pour un téléfilm avec Maman est folle et la deuxième pour Les Emotifs anonymes.

Surdité et langage des signes

La jeune actrice Ariana Rivoire, qui joue Marie, est réellement sourde. De ce fait, deux interprètes de la langue des signes française étaient constamment présents lors du tournage pour lui donner les indications du metteur en scène, mais aussi pour lui permettre de communiquer avec le reste de l'équipe.

Tournage

Le tournage s'effectua à la fin du mois de juillet 2013 en Rhône-Alpes au château du Passage, notamment. Plus tard, il se poursuivit à Montluel dans l'Ain, à La Balme-les-Grottes et à La Salette-Fallavaux dans l'Isère, pour se terminer mi-septembre 2013.

Et de deux !

Le scénariste Philippe Blasband s'associe pour la seconde fois au réalisateur Jean-Pierre Améris. Leur première collaboration date des Emotifs anonymes.

Passion

Jean-Pierre Améris a toujours été passionné par Helen Keller, jeune femme sourde et aveugle, « sauvée » par sa gouvernante. Les droits de son histoire étant trop chers, le réalisateur s’est intéressé à des cas similaires jusqu’à découvrir celui de Marie Heurtin.

Un établissement de longue date

Le pensionnat de Larnay, tenu autrefois par les « Filles de la sagesse » continue de recevoir aujourd’hui des jeunes sourds et aveugles.

Recherches

Pour bien comprendre l’enjeu de son sujet, le réalisateur Jean-Pierre Améris s’est rendu à Larnay plusieurs fois durant l’écriture de son scénario, pour rencontrer des jeunes sourds-muets.

Entre réalité et fiction

Comme toujours dans ses films, Jean-Pierre Améris fait participer des personnes touchées réellement par ce qu'il représente à l'écran. Ainsi, pour Les Aveux de l’innocent, de véritables prisonniers jouaient aux côtés des acteurs. DansMarie Heurtin, si faire jouer une sourde-aveugle était trop compliqué, l’actrice principale Ariana Rivoire est sourde.

Coup de chance

L'actrice Ariana Rivoire a failli ne pas participer au tournage de Marie Heurtin. La jeune fille avait en effet oublié de s'inscrire au casting organisé par Jean-Pierre Améris dans son école. Heureusement, le réalisateur l'a remarqué et lui a fait passer une audition.

Une grande humilité

La communauté religieuse voulut remettre à Sœur Marguerite une médaille pour son travail auprès de Marie Heurtin. Mais celle-ci refusa, déclarant qu’elle n’avait fait que son devoir.

Un film actuel

Bien qu'il se soit inspiré d'une histoire vraie du 19e siècle dans le monde religieux, Jean-Pierre Améris n'a pas voulu faire un film historique centré sur la religion. Il déclare : "J'ai écarté toute tentation de reconstitution historique. Ce qui m'intéresse dans les films situés dans le passé, c'est leur résonance au présent. L'Histoire n'est pas mon sujet. Je voulais faire un film intemporel."

Un engagement total

La comédienne Isabelle Carré passa six mois à apprendre le langage des signes pour paraître crédible à l'écran. Depuis la fin du tournage, l'actrice continue de la pratiquer au quotidien !


Des pionniers célèbres


Charles-Michel de L'Épée, appelé l'abbé de L'Épée, né Charles-Michel Lespée1 le 24 novembre 1712 à Versailles et mort le 23 décembre 1789 à Paris, est un prêtre français, l'un des précurseurs de l’enseignement spécialisé dispensé aux sourds.
























Jean Marc Gaspard Itard, né le 24 avril 1774 à Oraison en Provence et mort le 5 juillet 1838 à Paris est un médecin français du xixe siècle, spécialiste de la surdité et de l'éducation spécialisée. Il s'est rendu célèbre par son travail sur le cas de l'enfant sauvage,Victor de l'Aveyron. Pionnier de l'oto-rhino-laryngologie, il est considéré comme le créateur de la première école française d’otologie. Il est aussi le fondateur de la psychiatrie de l’enfant et a contribué à la nosologie de la maladie de Gilles de la Tourette.





L’Enfant sauvage, François Truffaut (1970).
Jean-Pierre Cargol (Victor) et François Truffaut (Dr Itard)





















Berry républicain 12 11 2014



Les premiers entrés.




Les derniers... Tout le monde est bien à l'heure.




Une présentation qui fait toute sa part à l'éloge du langage.

John ouvre la séance par la lecture d'un texte récemment et fortuitement découvert.


Je suis entourée de mots dans une forêt bruissante où chacun se démène pour attirer l’attention et prendre le dessus, retenir, intriguer, subjuguer, et chacun aspire à ces échappées belles. Comme si on les sortait de leur prison. On entre dans le domaine de la joie pure. Tous ces mots qui dansent, se déhanchent, se désintègrent, ondulent autour de moi et m'entraînent dans la grande ronde de la fantaisie première. Avec le bricolage surprenant et inattendu des figures qui surgissent alors, on entre dans le grand capharnaüm de la liberté créatrice où tout est permis.

                                                            Françoise Héritier, Le Goût des mots, (2013).


          L'application au film est directe et évidente. Pendant la projection, l'attention sans faille du public a témoigné de l'intérêt de chacun des élèves. La pertinence des questions et  des interventions au cours du débat en a apporté la confirmation. Les séquences les plus marquantes ont été repérées et commentées. 

       Le texte de John m'a fait me ressouvenir d'un lumineux éditorial de notre quotidien.

(Contexte :)

Notre ministre de la culture, Fleur Pellerin, a avoué que non seulement elle n’avait pas lu le récent prix Nobel de littérature français Patrick Modiano, mais qu’elle n’avait pas lu de livre depuis deux ans. On peut supposer qu’il ne s’agit que de fiction, mais quand même, ça fait un peu désordre et l’exemple serait désastreux s’il était largement connu des jeunes. 


Berry républicain 8 novembre 2014





Une référence capitale pour le cinéaste (Arthur Penn, 1962):




Un contrepoint dans l'actu locale:


Berry républicain 21 novembre 2014












Et pour ne pas oublier...

N’hésitez pas à visiter la page de l’actualité du mois,
 qui concerne :

Université populaire du Pays de Vierzon
Café repaire
Alternatiba Tour
Mon Cher Vélo
Conférence Guy Môquet

Film La Douleur à la MCB
Nouveaux tarifs Ciné Lumière
Cours de cinéma en ligne ciclic
COMPLEMENTS, PROGRAMMES, PHOTOS, BANDES ANNONCES,...
    Cliquez sur le lien ou sur l'image.

http://cinelumiere-vierzon.info/



Vous n'avez pas manqué de remarquer la rubrique ART ET ESSAI... et le lien
CINE RENCONTRES.







Carte d'adhérent
 Tarif de 5 euros sur présentation de la carte d'adhérent de Ciné-rencontres à la caisse.  (Ce tarif est appliqué uniquement sur les films sélectionnés dans le programme de Ciné-rencontres.)
N'hésitez pas à nous la demander.
Rappel du tarif d'adhésion: 10 euros pour un an (de date à date) avec possibilité d'affilier 2 personnes si on le souhaite pour ce montant (chacune aura sa carte, ce qui revient à 5 euros l'adhésion avec cette option couple" au sens très large: amis, relations,...). 5 euros pour étudiant ou chômeur (possibilité également d'adhésion "couple", ce qui revient alors à 2,50 euros).
Ne vous souciez pas de la date de renouvellement: nous vous contacterons le moment venu. 












Vous pouvez remplir cette fiche chez vous, après l'avoir copiée et collée (par exemple) dans un traitement de texte (Word,...). 


Merci pour votre soutien. 

















Précision utile: les séances Ciné Rencontres sont ouvertes à tous, et pas seulement aux membres de l'association. Même chose pour notre pot d'après débat.







Facile de nous trouver. Il suffit de taper "cinégraphe" sur Google par exemple...
(capture d'écran du 27 septembre 2017).










Tiens... tiens... "abondante et variée"... Et si Ciné Rencontres y était un peu pour quelque chose en fin de compte?...


Autres tarifs au Ciné Lumière: 


Berry républicain 2 décembre 2017



COURS DE CINEMA CICLIC



Upopi vous présente son cours de cinéma en ligne !
Apprenez et jouez avec les plus grands cinéastes.

Upopi, l’Université populaire des images, propose un cours de cinéma en ligne. Initié par Ciclic, ce cours accompagne les internautes souhaitant pratiquer l’analyse filmique. Cinéphiles, médiateurs, enseignants ou élèves, apprenez le vocabulaire cinématographique en vous amusant grâce à :

•          11 séances
•          53 notions
•          158 exercices
•          209 vidéos

Composées de Définitions, Études de cas et Exercices, les onze séances en accès libre permettent d’avancer à son rythme dans la compréhension du vocabulaire de l’analyse filmique, ici réparti en quatre thématiques :Image, Plan, Montage, Son. 

Accessible sur ordinateur, tablette, et smartphone, ce cours de cinéma convoque Alfred Hitchcock, Stanley Kubrick, François Truffaut, Steven Spielberg, Orson Welles… mais aussi Jason Bourne et Terminator. À partir d’extraits de grands films de l’histoire du cinéma, les principales notions du vocabulaire cinématographique n’auront plus de secret pour vous.


Pour vous rendre sur le site, 
cliquez sur l'image ci-dessous:




Pour un accès direct au vocabulaire,
cliquez sur l'image ci-dessous:



Aucun commentaire:

Publier un commentaire