dimanche 1 avril 2018

RETOUR SUR NOTRE FESTIVAL








LE FESTIVAL DES LENDEMAINS QUI ENCHANTENT


FESTIVAL DES LENDEMAINS QUI ENCHANTENT
samedi 24 mars 10h-18h



RAPPEL:

Le programme comptait deux films et une conférence débat sur la démocratie participative /permanente entrecoupés par un repas.


PROGRAMME.      10h.  Film.  « Food Coop » (en présence du réalisateur).
                                                 Débat.
                                  12h.  Repas.
                                  14h. Conférence débat sur la démocratie participative
                                                avec Loïc Blondiaux (Professeur de Science politique)
                                                et Laurent Aucher (Sociologue).
                                  16h. Film.  « Des Clics de Conscience » (en présence du réalisateur).
                                  Débat et clôture à 18h.




D'abord le repas à l'Auberge de la Jeunesse, où on pourra aisément reconnaître bien des habitués de Ciné Rencontres, parmi de nombreux nouveaux visages.




 Deux plans qui montrent nos intervenants de la journée. Au premier plan, l'équipe du film "Food Coop" avec Tom Boothe (quel dommage de n'avoir pu échanger plus longtemps sur ce  film plus complexe qu'il n'y paraît à première vue et en tout cas important). Au second, se dirigeant vers le buffet, Loïc Blondiaux et Laurent Aucher, nos passionnants conférenciers. 






Laurent Aucher et Loïc Blondiaux ont élevé le débat autant qu’ils l’ont lancé. Ils ont suscité une soif de participation que le temps limité avant le second film n’a pas permis d’étancher. Heureusement, il y eut, après 18h, le parking qui, comme souvent le vendredi soir, sert de forum participatif au public.
Mon "technicien" habituel Florian a filmé la conférence: nous espérons être en mesure de la mettre à disposition de tous prochainement. 







Comme l'enfer, la démocrtie participative est pavée de bonnes intentions. Les embûches sont multiples: lieu des égoïsmes étroits, absence de "chose publique" (res publica), alibi des institutions qui décident in fine,... Ce n'est pas un hasard si les expériences citées comme de possibles réussites sont surtout celles des budgets participatifs. L'argent, le  nerf de la guerre (sociale), toujours. Et pourtant, on conclura sur le programme prometteur que défend Loïc Blondiaux dans le dernier chapitre de son livre " Le nouvel esprit de la démocratie - Actualité de la démocratie participative" (SEUIL/REP.IDEES 2008) :

Chapitre IV - Les   raisons d’espérer
 Les   arts de   la   résistance     L’impossible argument d’autorité     La   reconnaissance d’une compétence citoyenne     Les   transformations de   l’action publique     Une   nouvelle approche de   la   décision politique




Merci à tous ceux qui ont contribué à faire vivre ce festival, même si on n'a pas encore résolu la quadrature du cercle: un temps de débat suffisant dans un temps total contraint. Mais on réfléchit pour l'année prochaine à partir de cette expérience...





Quelques réactions ou prolongations (on rougit jusqu'aux deux oreilles!) : 

Bonsoir un très grand merci à vous pour ce rdv
Bravo pour l'organisation et à toute l'organisation notamment Edwige en particuliers pour la gestion que je suppose pas évidente du tout ...du repas.
C'était vraiment un festival qui enchantait :-)
A très bientôt.
(Franck)


Je prendrai ici un exemple : souvent, Guillemin cite la pensée de Voltaire, selon laquelle « un pays bien organisé est celui où le petit nombre fait travailler le grand nombre, est nourri par lui, et le gouverne ».
salut Xavier


Chapeau! Merci aux organisateurs de ce festival et à toutes ces fourmis de l'ombre (repas de midi) : cela démontre bien qu' à Vierzon on ne fait pas appel en vain à la solidarité et à la citoyenneté en action. Il y  a ici des forces autonomes agissantes.
Les films étaient bien les supports de débats qui ont continué bien au-delà de la sortie du cinéma. Les intervenants ont lancé des pistes de réflexion enrichissantes par leur clivage "provocateur" assumé.
Vivement l'an prochain et merci encore pour ce moment d'intelligence et de fraternité collectives.
Jean-Marie B.



Grâce à  nos admirables animateurs des séances et membres du bureau et bénévoles, nous avons passé une journée formidable.
La qualité de l’affiche de ce festival donnait déjà la note.
Mais qui a dit qu’il ne se passait rien à Vierzon ?
Nous avons festoyé chaleureusement au feu de cheminée (le tout confectionné dans la politique de la journée J)
Merci à vous tous, pour nous faire connaître, réfléchir, réagir, échanger, tout cela dans un esprit de convivialité exemplaire. Variétés des sujets, actualités sans oublier le passé. Des propositions toujours bien ficelées
Je crois que l’expression s’impose : « si vous n’existiez pas, il faudrait vous inventer ».
Ne lâchez pas prise on a besoin de vous. Ce que vous apportez a sans nul doute plus de valeur que vous ne pouvez l’imaginez : une véritable thérapie et je pèse mes mots.
Sachez tout de même que la critique étant toujours constructive, je saurai la transmettre en tant que de besoin. Il me devait de vous le dire, de crainte que les lecteurs pensent que j’ai été soudoyée pour doter votre association de tant de qualités !
Bien amicalement à tous.
Natacha




LA SYNTHESE DE JOHN 





    Bienvenue aux agapes .


       ENTREE :    Avec le premier film « Food Coop » nous avons pu vivre une expérimentation sociale basée sur un modèle économique novateur des plus rafraîchissants . Le projet clairement défini dès son départ en 1973 à New York comme un combat anti-capitaliste a un but basique mais essentiel, dont la portée dépasse largement ses prétentions. Comment proposer à la population de New York un supermarché vendant une alimentation de qualité à des prix largement inférieurs à ceux pratiqués habituellement ? A toute la population, pauvres comme riches, quartiers chics et délabrés, bobos éventuellement mais surtout pas uniquement.

    La réponse réside dans la diminution du prix de travail, incontournable pour faire tourner l'entreprise. Avec aujourd'hui 16000 membres coopérateurs qui fournissent chacun 2h45 de travail par mois le projet tient encore debout et les images des espaces de vente témoignent d'une véritable activité de type ruche. Quelques petits calculs m'ont permis de déterminer sur la base d'une ouverture 7 jours sur 7 et dix heures par jour (***) que l'on disposait d'un peu plus de 50 personnes volontaires pour chaque heure d'activité, plus les employés salariés qui semblent relativement nombreux.

   (*** Contestable le 7/7 mis c'est la réalité des grandes villes américaines et de plus en plus en vogue en Europe.
10 heures par jour est sans doute en-dessous de la réalité mais je n'ai pas cherché les vrais chiffres.)

  Au-delà de cette réalité économique c'est toute la plus-value de la coopérative qui a une valeur inestimable. La mutualisation des compétences, la richesse des rencontres, le brassage des communautés car c'est ici aussi que se décline la démocratie. Partage, distribution égalitaire, rencontre et échange anti-communautaire.

   Ce n'est pas l'utopie, ni un rêve pieux, l'idéal des doux rêveurs du début du projet cède la place à une gestion rigoureuse. Il y a des coopérateurs resquilleurs, des tricheurs, des voleurs et pour leurs agissements ils peuvent être suspendus ou exclus par leurs pairs (modèle démocratique ? ).  On cherche aussi des leaders qui émergent naturellement dira Loïc Blondiaux , des DRH, des managers. Peut-on s'en passer ? Sinon comment vivre avec eux ?

    Une entrée des plus appétissantes qui titille les papilles pour la suite.


MENU
CHOU CRU POIS CHICHES, LENTILLES BOULGHOUR,
FROMAGE, PAIN, VIN ET FAR AUX PRUNEAUX.     Alimentaire et élémentaire. Des produits de qualité servis dans une ambiance des plus conviviales. Merci à toute l'équipe de préparation.

  PLAT DE RESISTANCE      le bien nommé        Laurent Aucher et Loïc Blondiaux

Tout commence par l'apéritif, populairement "l'apéro", qui comme son nom l'indique a pour fonction d'ouvrir l'appétit, puis vient l'entrée ou hors d'oeuvre, qui constitue en quelque sorte une introduction, une première mise en bouche  avant l'oeuvre, met ou plat principal, dit de résistance car c'est celui qui vous permettra de résister jusqu'au repas suivant... ensuite viennent salades vertes, fromages et dessert pour "fermer" votre appétit, suivi de l'indispensable digestif, une petite liqueur ou alcool fort servi avec le café afin de vous aider à vous lever de votre chaise...



    La conférence des deux sociologues Laurent Aucher et Loïc Blondiaux nous permettra de résister jusqu'au repas suivant en défendant tous azimuts la démocratie qui est à recréer chaque jour.
Passionnante réflexion sur la dé-liaison des classes ouvrières et de leur nécessaire reconnexion pour faire parler la démocratie participative. Effacement progressif des syndicats, espace de solidarité et caisse de résonance au service de la dignité humaine dans le monde du travail. Effacement des Conseils des  Prud'hommes si chers à Laurent car c'est un lieu privilégié de rencontre entre patrons et employés. Insuffisante représentation des jeunes, des immigrés, des privés de parole, ceux qui souffrent déjà et qui souffriront davantage demain de la fracture numérique.

  Des tweets pour gouverner ? Parole codifiée incompréhensible, notamment quand elle passe par la novlangue « updaté day to day par les business schools »  langue du management présidentiel pour renforcer l'entre-soi. Michel Serres parle d'un sabir de perroquets anglicisants, n'oublions pas sa contrepartie le « çaisfran » tout aussi clivant .

   Volonté affichée de mettre en orbite l'élite sciemment sélectionnée par le système éducatif français , l'atomisation et l'ubérisation de la société décrites par Loïc ne sont guère porteuses de solidarité. Le renforcement des castes si cher à Bourdieu reste d'actualité.

  Dans l'espace sidéral entre le pouvoir représentatif et le citoyen quelques bougies éclairent notre nuit. Voir Porto Alegre au Brésil, voir la municipalité de Saillans en France, voir des expériences de jurys et de gouvernance populaire en Finlande etc. ; l'espoir, toujours l'espoir.

   DESSERT    

  «  Des clics de conscience » le combat de deux jeunes pour faire aboutir deux amendements à la loi française sur l'échange et la commercialisation des semences. Avant de voir réussir les combattants nous les avons suivis dans un labyrinthe Kafkaïen pour persuader un élu de les représenter, car telle est la règle de notre démocratie représentative . On a craint l'échec avec le troisième mouvement du film, pathétique tellement il leur était difficile de se faire entendre, accompagné sur la bande son par la symphonie du même nom de Tchaïkovski .

   Finissons sur une note musicale. J'ai appris hier en écoutant la radio que POLKA voulait dire « moitié » en tchèque. Alors dansons la polka, le verre est à moitié plein, je ne peux le voir à moitié vide. Alors remplissons-le goutte par goutte, la démocratie ne se donne pas facilement mais se mérite.   

DOCUMENTATION COMPLEMENTAIRE



















COMPLEMENTS, PROGRAMMES, PHOTOS, BANDES ANNONCES,...
    Cliquez sur le lien ou sur l'image.

http://cinelumiere-vierzon.info/



Vous n'avez pas manqué de remarquer la rubrique ART ET ESSAI... et le lien
CINE RENCONTRES.







Carte d'adhérent
 Tarif de 5 euros sur présentation de la carte d'adhérent de Ciné-rencontres à la caisse.  (Ce tarif est appliqué uniquement sur les films sélectionnés dans le programme de Ciné-rencontres.)
N'hésitez pas à nous la demander.
Rappel du tarif d'adhésion: 10 euros pour un an (de date à date) avec possibilité d'affilier 2 personnes si on le souhaite pour ce montant (chacune aura sa carte, ce qui revient à 5 euros l'adhésion avec cette option couple" au sens très large: amis, relations,...). 5 euros pour étudiant ou chômeur (possibilité également d'adhésion "couple", ce qui revient alors à 2,50 euros).
Ne vous souciez pas de la date de renouvellement: nous vous contacterons le moment venu. 












Vous pouvez remplir cette fiche chez vous, après l'avoir copiée et collée (par exemple) dans un traitement de texte (Word,...). 


Merci pour votre soutien. 

















Précision utile: les séances Ciné Rencontres sont ouvertes à tous, et pas seulement aux membres de l'association. Même chose pour notre pot d'après débat.







Facile de nous trouver. Il suffit de taper "cinégraphe" sur Google par exemple...
(capture d'écran du 27 septembre 2017).










Tiens... tiens... "abondante et variée"... Et si Ciné Rencontres y était un peu pour quelque chose en fin de compte?...


Autres tarifs au Ciné Lumière: 


Berry républicain 2 décembre 2017



COURS DE CINEMA CICLIC



Upopi vous présente son cours de cinéma en ligne !
Apprenez et jouez avec les plus grands cinéastes.

Upopi, l’Université populaire des images, propose un cours de cinéma en ligne. Initié par Ciclic, ce cours accompagne les internautes souhaitant pratiquer l’analyse filmique. Cinéphiles, médiateurs, enseignants ou élèves, apprenez le vocabulaire cinématographique en vous amusant grâce à :

•          11 séances
•          53 notions
•          158 exercices
•          209 vidéos

Composées de Définitions, Études de cas et Exercices, les onze séances en accès libre permettent d’avancer à son rythme dans la compréhension du vocabulaire de l’analyse filmique, ici réparti en quatre thématiques :Image, Plan, Montage, Son. 

Accessible sur ordinateur, tablette, et smartphone, ce cours de cinéma convoque Alfred Hitchcock, Stanley Kubrick, François Truffaut, Steven Spielberg, Orson Welles… mais aussi Jason Bourne et Terminator. À partir d’extraits de grands films de l’histoire du cinéma, les principales notions du vocabulaire cinématographique n’auront plus de secret pour vous.


Pour vous rendre sur le site, 
cliquez sur l'image ci-dessous:




Pour un accès direct au vocabulaire,
cliquez sur l'image ci-dessous:



Aucun commentaire:

Publier un commentaire